Actualités

L’année 2016 a été le théâtre d’une croissance économique modérée (+1,1%) fort similaire à la croissance de 2015 (+1,2%).

Ces chiffres globaux cachent une tendance forte sur l’année : la reprise marquée de la consommation et de l’investissement intérieur. La consommation des ménages est en hausse de 1,8% et la consommation des administrations publiques de 1,5%. L’investissement augmente fortement (+2,7% au total), notamment pour les entreprises (+4%) et les ménages (+2%). Seul l’investissement des administrations publiques est en berne (-0,6%).

Cette reprise de la consommation et de l’investissement est compensée à la baisse par le lourd déficit du commerce extérieur : les importations ont augmenté largement plus rapidement que les exportations (+3,7% contre +1,1%). La croissance du PIB en 2016 recouvre donc une analyse mesurée : la politique de l’offre menée par le gouvernement ne se retrouve pas dans les comptes trimestriels. Quand l’objectif était de favoriser les exportations plutôt que la consommation, c’est l’inverse qui se produit. La reprise de l’investissement des entreprises constitue en revanche une excellente nouvelle pour l’économie française.

La croissance économique, même mesurée, induit un début de baisse du taux de chômage en France. Au T4 2016, le taux de chômage s’élève à 10,0% en France (au sens du BIT) quand il était de 10,5% mi-2015. Le CICE et le Pacte de Responsabilité ont permis d’améliorer la structure du marché du travail en France. Les travaux de l’OFCE indiquent ainsi qu’il faut désormais une croissance de 1,2% par an pour faire baisser le chômage en France.

Les prévisions du consensus des économistes tablent pour 2017 sur une croissance de 1,3% et pour 2018 sur 1,4%. Ces chiffres devraient néanmoins être largement impactés par l’élection présidentielle à venir et donc par les politiques économiques qui seront mises en oeuvre lors du prochain quinquennat.

TÉLÉCHARGER L’ENQUÊTE DE CONJONCTURE